Sortie humide dans l'Esterel

En ce dimanche 18 mars, bien qu’espérant que les prévisions météo  soient fausses, j’ai dû abandonner la jolie rando au Perthus, opter pour une destination moins loin et surtout nous permettant d’emprunter des pistes avec peu de dénivelé, suite aux pluies des jours précédents, et la pluie présente encore ce dimanche matin.

3 forcenés étaient bien partants : Nicole, voulant s’entrainer pour le Népal, Bruno toujours partant, et Suzanne, qui ayant vécu en Angleterre, en avait vu d’autre !

Destination Notre Dame d’Afrique : on se gare au parking du Théoule supérieur, au dessus du cimetière.
On aperçoit rapidement la grande dame de fer surplombant la mer teintée de gris ; malgré le temps maussade, les couleurs restent belles. Haute de 12 mètres et pesant plus de 30 tonnes, elle s’élève entre le Rocher des Monges et la mer ;
Le début de sa réalisation date de 1992, commandée par l’association Ntre Dame Afrique ; le sculpteur, Fortuné EVANGELISTI, est un italien grand et blond, comme peu d’italiens de Naple., pour vivre, il est ferronnier artisan.
Huit ans lui seront nécessaires pour élever les 30 tonnes de métal, sur 12 mètres de haut.
A ses pieds, les plaques commémoratives des disparus lors de la guerre d’Algérie .

Depuis 5 ans, une coquille Saint jacques a été scellée sur un rocher, à proximité de la statue. C’est le signe que désormais cest par ces lieux que passe le chemin de Compostelle, celui que doivent emprunter les croyants (ou non) venus de l’Est et d’Italie pour effectuer leur pèlerinage vers l’Espagne.

On va emprunter en partie cette voie,. Le parcours varois long de 138 kms suit l’axe de l’ancienne voie romaine, la via Aurelia, qui traverse les grands massifs varois, : Esterel, Maure et la Sainte Baume. 

Nous partons direction col de Théoule, col du Trayas, col de la Cadière. On dépasse sur notre gauche l’embranchement qui mène aux grues ; ça ne sera pas au programme ! puis de la Cadière, on emprunte la piste forestière direction col de Notre Dame, entourés de grands eucalyptus, qui embaument sous la pluie.
Ils avaient été plantés il y a de nombreuses années comme pare feu ! mais on s’est rendu compte ensuite qu’ils brulaient tout aussi bien que les pins !

Arrivée au col de Notre Dame un peu après midi douze ! une table et des bancs nous attendent ; bizarre, ils ne sont pas occupés ! Nicole déplie sa couverture de survie en guise de nappe, et sous la pluie persistante, on se boit un petit punch, bienvenu : ça réchauffe.

Il est décidé d’un commun accord de ne pas faire de sieste aujourd’hui, et le déjeuner vite expédié on repart, via retour par la voie de Compostelle direction les cols de l’aller : Trayas et Théoule.

Arrivés au col du Trayas, on prend la direction du rocher des Monges, pour éviter le sentier que l’on a emprunté en montant, mais qui s’avère périlleux à la descente.

Col de théoule, et retour aux voitures : résultat des courses : 15 kms 450 m de dénivelé, le tout sous la flotte qui n’a pas cessé ! un petit arrêt rituel pour la mousse et boissons chaudes ;

Les participants étaient ravis malgré le temps d’avoir pû « s’aérer » !! Merci à vous trois pour cette bonne journée. Dominique

 
Ajouter un commentaire