Le Plateau de Calern

Sortie du 27 avril 2012, au programme : « Le plateau de Calern au départ de Cipières »

08h00, le ciel est complètement dégagé, ce qui laisse présager d’une très belle journée. Nous avons rendez-vous comme de coutume, aux terrains de tennis de St Vallier de thiey.

Nous sommes neuf ce matin : Nicole, Charles et ses deux petits-fils Tom et Léo, Marc et nous souhaitons la bienvenue à Sandrine qui nous arrive de Strasbourg, Ghislaine qui nous vient de Tahiti et Claude qui vient de moins loin puisqu’il nous arrive de Fayence.

Les voitures chargées, nous voilà partis en direction de Cipières, point de départ de notre randonnée.

Face au massif du Cheiron, Cipières surplombe la vallée du Loup. Au sommet du village, le château, de style provençal classique, il date des XIII° et XVIII siècles. Il a été magnifiquement restauré en 1951 et transformé depuis en hôtel 4 étoiles. On ne manquera pas de citer deux bâtiments inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques : la chapelle St Claude (XVII°) avec sa superbe grille en fer forgé et l'église Saint Mayeul (XVI°-XVII°) avec son clocher surmonté d'un beau campanile (XVIII°). Dans le village, on découvre également quelques petits trésors d'architecture en se promenant dans ses ruelles pittoresques.

Il est 09h10 lorsque le groupe se met en marche. Le sentier est agréable, nous sommes sur le GR4. C’est entre bergeries, bories et Dolines que nous progressons ce décors est superbe et on ne peut que rester impressionné par le courage et le travail  des « anciens ».En effet, tourné vers l’élevage d'ovins, réputé pour la culture du blé, des lentilles et des pois chiches, Cipière a longtemps été l’un des greniers approvisionnant la région Grassoise. De nombreuses aires de battage sont encore visibles dans la campagne. Les terrasses autrefois cultivées avec l’aide des chevaux, ainsi que les pierriers appelés « clapiers » (pierres extraites des champs) démontrent l’acharnement des générations passées à domestiquer et façonner cette terre rude. 

Nous ferons une petite pause café à la hauteur du Vallon du Pas d’Estrugue, après avoir fait une bonne partie de l’ascension, une petite récupération bien méritée.

Nous poursuivons notre chemin, sur notre droite une superbe bergerie, des Dolines (petite dépression, créée par l’effondrement du sous-sol calcaire) magnifiques bien verte et pour le plaisir des yeux deux puits habillés de pierres. L’eau est bien fraiche. Un peu plus loin c’est une roche calcaire qui forme un pont. Après quelques minutes nous croiserons « la grotte du Tombeau » puis se sera « L’aven des Baudillouns » bien connu des spéléologues, son puits d’entrée mesure plus de 80m !! Au-delà, un réseau complexe de méandres et de galeries amène le spéléologue à une profondeur de -433 mètres.

Nous voilà au sommet et devant nous le plateau de Calern. Les calcaires massifs qui composent le plateau atteignent par endroits une épaisseur de 450 m. Les formes sont principalement commandées par le phénomène Karstique « érosion des calcaires par l’eau et le CO² »

On aperçoit le CERGA (Centre d’Etudes et de Recherches Géodynamiques et Astronomiques). On y voit des interféromètres, des télémètres, des astrolabes et même un télescope de Schmidt. Ce centre d’études est spécialisé dans l’observation des mouvements de la terre. Nous y ferons un bref passage, mais il faut savoir que ce centre peut être visité.

Sur le chemin du retour, en direction de l’Ubac de la Combes, nous cherchons une doline avec un peu d’ombre pour faire notre pause pique-nique. Voilà qui est bien !! Le groupe est bien content de faire la pause repas !! Une petite halte de 45’, sieste comprise et nous reprenons notre marche. Le démarrage est toujours un peu délicat après la pause casse-croûte, mais le terrain est plat alors tout va bien.

Nous marchons au milieu d’une prairie sèche mais couverte d’une multitude de fleurs. Le parfum du thym et de la lavande nous accompagne. On ne peut pas marcher sur le plateau de Calern sans parler des Lapiés ou Lapiaz ou Lapiez ou Karren. Nom donné à la forme des roches calcaires, créée par le ruissèlement des eaux de pluie qui dissolvent la roche.

Nous basculons maintenant du coté des gorges du loup, cap à l’est, nous traversons une belle forêt de conifères, un peu d’ombre ne fait pas de mal. Toujours des bergeries ou des ruines qui témoignent de l’activité qui existait ici jadis. Nous passons devant deux belles bories ou plutôt une borie grand standing avec un hall d’entrée et deux chambres !! Elle est en super état !!

Le parking est là, tout le monde est content d’être arrivé. Je tiens tout particulièrement à féliciter Tom et Léo qui ont été très courageux. Nos touristes repartent avec de superbes images et ont déjà pris rendez-vous pour une prochaine randonnée et bien sur merci aux habitués.

Encore une bien belle randonnée mais à faire impérativement avant mi-mai.

Merci à tous et à très bientôt sur les sentiers.

Georges 

Commentaires (3)

1. noss ghislaine 29/04/2012

Randonnée très agréable, bien ensoleillée après plusieurs journées de vent. Nous finissons notre séjour dans le sud dans un paysage magnifique avec de charmants compagnons.
Nous repartons en Alsace avec de belles photos, un petit coup de soleil et surtout l'envie de revenir pour de nouvelles aventures avec les joyeux randonneurs vallérois. Merci à Georges que nous avons eu beaucoup de plaisir à revoir après tant d'années. Bises à tous. Ghislaine

2. silva sandrine 16/05/2012

Superbe randonnée. Magnifiques paysages. Nous garderons de beaux souvenirs. Rendez-vous l'année prochaine. Merci. Gros bisous. Sandrine

3. lesjoyeuxrandonneursvallerois (site web) 16/05/2012

Merci à vous et le rendez-vous est pris pour l'année prochaine !!! Bises à vous.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×