Le tour de la Barre de Roussivau

18 au rendez-vous ce vendredi 6 avril pour une balade dans le Perthus oriental et le Roussivau ;

la journée s’annonçait belle et ensoleillée malgré quelques entrées maritimes.

Départ pour le col de Belle Barbe par Agay. Les voitures garées au dessus du parking du col, on entame la balade par la route forestière qui rejoint le col du Mistral (93 m) carrefour triangulaire marqué par un rond-point aménagé et une ancienne borne de l’administration forestière.

Nous descendons par un petit raccourci bordé d’asphodèles de Villars ( fleur de la famille des lys) qui démarrent leur floraison, pour rejoindre la route forestière direction nord jusqu’au pont du Perthus.
Le pont enjambe le ruisseau au dessus d’un magnifique chaos de gros blocs de rocher.
ON traverse le pont, pour suivre le Perthus sur la droite et retrouver un petit sentier qui grimpe sur la gauche, au dessus de la route forestière.

LE sentier monte progressivement vers le nord, face à un décor splendide de fines aiguilles rocheuses. On passe un pierrier (courant en ce lieu) suivi d’un magnifique bois de yeuses très compact.
C’est maintenant une série de lacets de plus en plus serrés entre des escarpements rocheux qui amènent à une brèche. Au nord ouest, par un sentier dégagé qui monte régulièrement on arrive à une bifurcation (alt 257 m) On continue sur la gauche, et un lacet ramène au sud sur un plateau dénudé où l’on vient buter contre un large chemin.

On l’emprunte sur la gauche, direction sud est puis sud avant d’arriver au sommet du Perthus (274 m) Là magnifique point de vue sur l’ensemble de l’Esterel, malgré la brume un peu dense qui entoure les sommes de l’Esterel (pic de l’Ours, les Grues) le bassin du Reyran et de l’Argens, les maures, le haut-var.. retour par le même chemin.

Bientôt 12 h12 ! l’heure fatidique ; les estomacs crient famine. Le vent est assez violent, mais on réussit à trouver un petit abri sur des rochers, et la pause réparatrice commence par un petit apéro.

On redémarre, cheminant sur le bon chemin qui arpente le plateau de Roussivau pour atteindre la baisse de l’Andoulette (254 m).
On abandonne le large chemin pour prendre à gauche un petit chemin qui descend vers l’ouest puis sud est ; après une boucle vers le sud ouest et le sud on domine le vallon de l’Apie de Sigallon en rive gauche à gauche.
Puis on chemin sous la barre de Roussivau avant de surplomber la maison forestière de Roussivau. On poursuit vers l’est puis NE par un petit chemin à travers les myrtes, cistes, épines vinette, pour rejoindre la dépression de l’Amandier (radier cimenté) Par un petit sentier qui grimpe sur la gauche on rejoint un autre sentier transversal ; on l’emprunte à droite et quelques lacets nous ramènent à l’itinéraire emprunté au départ, où nous retrouvons la route forestière du Perthus.

Retour aux voitures, et RV au bord de mer aux alentours d’Agay pour une petite mousse bien méritée, et quelques cafés liégeois pour deux dames qui aiment les douceurs !!

Belle et bonne journ ée avec une fine équipe : Gigi, Georges, M jo, Charles et Genevière, Christine et Marco, Sandrine, A.Marie MChristine et Pierre Colette Bruno Bernadette Danièle Nicole Roseline et votre serviteur ! Dominique

 
Ajouter un commentaire