La rando du Pilon

Vendredi 20 Avril, 8h15 , le ciel est lumineux à souhait , il fait frais sur le grand pré .

 Charles et Geneviève sont venus avec les deux ainés de leurs petits-enfants, Léo (11ans ) et Tom (9ans)

Voici Marc (Dudu) et Arlette  qui sont venus à pied , comme Isabelle.

Marc (Poupou) puis Anne -Marie rejoignent le groupe.

On papote un peu et l'on se met en marche vers le Pilon que l'on rejoint en 3/4 heure par les chemins tranquilles qui voisinent la nationale depuis le collège, la nouvelle gendarmerie, puis le collet de Gasq et la zone d'activité du Pilon.

Ce groupe en a sous le pied.

Un petit arrêt photo au point de départ du sentier balisé proche de la ferme Fontmichel et nous voila repartis.

Les pluies ont bien érodé ce chemin au point d'y avoir creusé un aven et déraciné quelques arbres.

Une petite demi heure et nous arrivons , après une croix de métal, au début du plateau qui surplombe tout l'est de Saint Vallier.

Des dizaines de rapaces planent et virevoltent très haut dans le ciel au dessus des rocs saillants que l'on voit affleurer au dessus de notre objectif. Une bête morte est elle exposée à leurs appétits?

La balise 57 , absente , est remplacée par un cairn qui nous envoie à droite vers 1/4h de montée jusqu'une bergerie où nous prenons un petit café.

Nous avons rencontré d'autres arbres effondrés qui compliquent un peu le passage.

Plus d'une heure et demie que nous sommes partis. Il faut se lancer dans la partie la plus escarpée de notre randonnée.

En file indienne , nous cheminons, observés par les rapaces en vol de reconnaissance.

Les paysages sont magnifiques, les pauses sont nombreuses pour examiner tous ces monts, ces rochers, ces ruines qui ponctuent les chemins que l'on devine à travers les sapins qui emmitouflent les crêtes.

On ne voit pas notre village masqué par la colline qui surplombe l'Escourachie, mais on repère comment aller le voir de ce balcon lors d'une future randonnée. Et puis l'on a droit à la vue lointaine sur la baie de Saint Tropez en passant par le lac de Saint Cassien.

Après une longue montée en quasi ligne droite, nous voila à la balise 58 qui nous invite à nous diriger vers le Castellaras de la Malle.

C'est là que nos rapaces continuent à louvoyer en quête d'une répugnante pitance.

Mais nous n'irons pas vérifier sa présence car le balisage n'est pas des meilleurs si l'on veut quitter le sympathique chemin qui nous mène, par deux petits sous-bois successifs vers la fin de notre ascension.

Nous avons pu observer de loin la route qui monte de Saint Vallier vers le Ferrier. Nous avons fait une halte pour permettre au groupe d'aller examiner une belle borie que certains d'entre nous avaient méprisée tel un gros tas de cailloux. Tant pis pour ceux-ci.

Il est onze heures et demie, nous voici à présent à la croisée des chemins qui vont vers la Malle, le Ferrier.

L'un d'entre eux , plus étroit et escarpé ,mène directement vers le milieu du chemin d'Entrevaux qui sera notre dernière étape. Mais nous le garderons pour une prochaine découverte. Et  après le pique-nique nous emprunterons le plus confortable. Celui qui bordé de bergeries nous fait rejoindre en pente douce le col du Ferrier.

Nous choisissons en attendant de nous détendre sur un pré (privé) doté de tout ce qu'il faut pour casser la croûte et même entamer une petite sieste.

Une autre borie, plus petite que la précédente et un peu démolie est là pour les amateurs de vestiges.

 On ne regarde plus l'heure, on s'ébroue tranquillement vers le chemin qui va nous conduire vers le Ferrier.

Certains d'entre nous le connaissent et c'est avec plaisir que nous nous retrouvons sur le site de la plus belle borie de la journée, malheureusement affublée d'une porte métallique. Serait-ce pour nous protéger d'une chute dans un puits?

 En face de nous les routes qui vont vers le Ferrier, les crêtes et chemins qui mènent vers le Thiey.

Nous voilà déjà au seuil du dernier tronçon: le chemin d'Entrevaux.

A mi parcours, après une agréable descente, nous trouvons un ancien pont (un peu effondré) remplacé par le chemin qui le surplombe. C'est là que vient mourir le sentier qui partait de notre lieu de pique-nique

 Une longue descente un peu éprouvante pour les genoux et nous voici à la porte du village dans les maisons où habitent Isabelle, Marc.

 Isabelle nous invite à un rafraichissement et le groupe se sépare peu à peu vers le grand pré où nous nous congratulons pour cette belle journée.

 Il nous manquait quelques participants habituels de nos randonnées et surtout notre animateur Georges .

Il se formait à la marche nordique, un autre type de randonnée.

Mais celle-ci a été très agréable et appréciée.

 On la refera, notamment sans doute le 2 septembre pour la journée de la randonnée organisée par « les joyeux randonneurs Vallerois »  et Energym.

PS : Merci à Isabelle et Marc pour leurs photos .

 

Commentaires (2)

1. Georges 23/04/2012

Merci Charles!! Un beau compte rendu pour une bien belle journée!!
Merci aux participants. J'étais avec vous par la pensée!!

2. Bella (site web) 26/04/2012

merci Charles pour ton récit qui ferai une belle dictée
à tes petits fils.. ça fait rêver:)
bravo aux jeunes qui ont trotté comme des chefs;
à l'image de Charles & Gene.
Amicalement Bella

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×